Evergreen, temple du culte gauchiste

Une vidéo de bonne qualité a été récemment réalisée par un youtubeur, Sanglier Sympa, sur le cas de l’université d’Evergreen aux États-Unis.

Cette université est un bon prototype du conditionnement gauchiste ou progressiste mis en action.
C’est un cas d’école pour découvrir les pratiques de ce que j’appelle le culte gauchiste.

Le dogme gauchiste du racisme systémique blanc.

Dans la vidéo, tout les ingrédients des pratiques sectaires sont décrits et documentés.

un mythe originel :  L’Homme blanc est raciste. Seul l’Homme blanc est raciste. L’Homme blanc reproduit inconsciemment un ordre social raciste. Les sociétés blanches sont donc intrinsèquement racistes. 

un mythe originel impossible à contester : Il n’y a pas à demander des preuves du racisme systémique, car demander des preuves serait faire acte de racisme. Ainsi, demander des preuves revient à être la preuve en soi de la réalité du racisme systémique.
-> Contester ou douter du mythe gauchiste revient à être un raciste.

un mythe originel impossible à prouver : Toutefois, quand les gourous de la “blanchité” sont interrogés sur les preuves du concept exposé, ils ne répondent que par des arguments fallacieux tels l’argument d’autorité : “je suis sociologue, croyez-moi” ; ou encore par des preuves ultra-subjectives : “les personnes des couleurs le vivent tous les jours, il est impossible de remettre en cause leurs perceptions quotidiennes du phénomène”.
(Pour rappel, la blanchité est le mythe selon lequel toute personne blanche est par essence raciste et participe à la reproduction de l’ordre social raciste).

Ce ne sont évidemment que des élucubrations qui n’ont rien de scientifiques. Le ressenti des personnes de couleurs n’est en aucun cas une preuve du phénomène. Tout comme la science ne peut pas prouver  l’existence des djinns par le simple fait que des millions de musulmans dans le monde déclarent en avoir déjà vus.

C’est pourquoi le mythe gauchiste est impossible à prouver car il ne repose sur aucun élément matériel tangible.

– Des pratiques initiatiques sectaires : Tous les professeurs de l’université doivent commencer par se présenter aux autres, c’est-à-dire présenter leurs privilèges (être blanc, homme, cisgenre, valide, etc.). Nous voyons bien que pour ce dogme, l’identité d’une personne n’est rien d’autre que son degrés de victime ou d’oppresseur.

Pour ce qui est des professeurs blancs, cet exercice revient à reconnaitre, par une haine de soi bien programmée, à quels points ils sont des bourreaux inconscients.
Mais en reconnaissant ces péchés originels (ils n’y peuvent rien, ils sont nés comme ça), ils pourront alors entrer dans un nouveau stade de conscience et renier leur essence oppressive.

Une autre pratique sectaire initiatique est clairement identifiable quand il est demandé aux professeurs de rentrer dans “le canoë de l’équité“. Le plus intéressant dans ce rite,  c’est que les blancs doivent en demander l’accès aux personnes de couleurs.

Un autre exemple de grand intérêt est la décision prise par l’université de virer tout le personnel et les étudiants blancs pendant un jour sacré : “le jour de l’Absence”.

L’endoctrinement à l’université d’Evergreen

Par ces quelques exemples, nous voyons la mise en place d’un conditionnement mental, amplifié par l’effet de groupe, qui pousse les blancs à une haine de soi, à une haine de leur “blanchité”.
Cette dévalorisation permanente pousse les blancs à se mettre dans une position d’infériorité, et ce afin de contrebalancer leur essence oppressive.
Les blancs acceptent donc d’être éjectés du groupe pendant un jour sacré, acceptent de devoir demander aux personnes de couleurs la permission de faire parti du groupe (de la secte), ou encore acceptent de voir leurs droits considérablement réduits.

Il doit enfin être noté que le comportement des professeurs est édifiant : les blancs ont l’air hâve et à la limite de l’imbécilité. Quant aux autres, ils font  penser à des gourous qui endoctrinent les élèves à l’aide de techniques manipulatoires.

Quant à celui des élèves, il est encore plus alarmant. Ils crient et scandent leurs slogans préconçus comme des robots sans volonté propre ; ils hurlent à la face des professeurs accusés de racisme. Ils ne sont pas capables d’écouter un argument contraire, et encore moins de débattre.
Ils sont le pur produit d’un conditionnement sectaire.

Les élèves d’Evergreen sont des illuminés, fanatiques et haineux, entourés d’un personnel universitaire dégénéré.

Evergreen, ou la mise en pratique du totalitarisme gauchiste

Comme nous l’avions déjà écrits dans notre article précédent les dangers du progressisme gauchiste, cette secte n’accepte aucun débat, aucune contestation.
C’est pourquoi, dans l’université d’Evergreen, les étudiants ou les professeurs qui contesteraient le dogme doivent se taire ou dégager.
Cela s’est prouvé avec le cas du professeur Bret Weinstein, accusé de racisme. Il n’a pu se défendre des accusation proférées à son encontre. Il lui été simplement demandé de se soumettre et de s’excuser.
Il n’y a qu’une voie possible pour vivre dans le monde gauchiste : accepter le dogme.
Bret refusa la soumission ; il du partir.

Le progressisme contre la science à Evergreen

Dans notre précédent article, nous mettions aussi en lumière la philosophie post-moderne du gauchisme.
Ainsi, les lecteurs doivent bien comprendre que ce mouvement est, dans son essence, contre la rationalité scientifique.
La vidéo nous montre d’ailleurs des élèves de l’université expliquant très clairement que la science est fausse et mauvaise.

Cette pensée anti-science du gauchisme se fonde sur deux éléments :

1- La science étant une création du monde occidental, et plus précisément du “patriarcat blanc”. Elle est donc un outil coercitif utilisés par les blancs pour asseoir leur domination sur les autres.
Le culte gauchiste rejette donc les pratiques scientifiques comme étant une émanation du mal : des blancs.
-> “Il faut arrêter d’utiliser la logique, la raison et les formes du savoir blanc pour prouver.”

2- La science est aussi rejetée comme étant une pratique fondée sur le raisonnement objectif. En effet, le culte gauchiste met sur un piédestal le ressenti des personnes. La subjectivité doit prédominer sur l’objectivité.
Il n’existe aucune vérité objective pour ces relativistes post-modernistes.

Le dogme progressiste déshumanise ses ennemis

Une autre facette importante du culte gauchiste est la déshumanisation constante des personnes qui sont hors de la secte.
Dans la vidéo, il est fait mention du terme “cancelled“, que l’on peut traduire par “annulé“. Ce terme signifie que les membres du culte peuvent étiqueter une personne comme “annulée” afin de l’évincer du cercle des être humains acceptables.
Toute personne “cancelled” se voit priver de son humanité. Il n’y a pas à parler avec elle, il n’y a pas à l’écouter. Elle doit simplement se soumettre si elle veut encore exister. Sortie de l’humanité, elle n’a plus de droits.

Soyez-en sûrs, demain, les personnes “annulées” seront condamnées et enfermées ; demain elles pourraient même être exécutées.
Ces personnes ne sont-elles pas des “mauvaises herbes” dont il faut se débarrasser ?

A Evergreen, le professeur Bret Weinstein, en s’opposant à la mise en place du jour sacré, s’est posé comme un adversaire du culte. Il a de ce fait aussitôt été “cancelled”, et donc pris à parti comme un ennemi à abattre.
Il lui été interdit de s’exprimer pour faire prévaloir sont opinion : “tu ne peux plus t’exprimer, tu as perdu ce droit”, lui dit-on.
Et quand Bret essaya de se défendre en clamant : “je recherche simplement la vérité”, les membres du culte lui rirent au nez.

Il n’est absolument pas question de vérité ici. Il n’y a donc aucune place pour la contradiction ou pour un jugement impartial.
Une foule ahuri d’élèves n’a qu’à crier “BRET, RACISTE, DEMISSION !” pour que la sentence soit dite.

Le message est clair : tout opposant au culte gauchiste perd ses droits. Il n’est plus un humain comme les autres.

La servitude volontaire des professeurs d’Evergreen

Dans un autre extrait vidéo, nous pouvons assister à une scène burlesque dans laquelle le personnel blanc de l’université est enfermé dans la bibliothèque pour une raison incompréhensible tandis qu’une horde d’élèves aux comportements simiesques se déhanche aux vitres pour se moquer d’eux.
Il est assez cocasse de voir tous ces professeurs blancs, le directeur y compris, se retrouver victimes de leur création.
Enchainés dans une pièce contre leurs droits les plus élémentaires, ces êtres boueux et baveux, insipides et sans plus aucune volonté ni estime de soi se laissent faire, sans surprise. Ils acceptent volontairement la servitude, comme ils ont toujours faits.

En définitive, l‘université d’Evergreen nous apparait comme un haut lieu de fabrique de ressentiment et de haine de soi. Elle est un bel exemple du culte gauchiste mis en pratique.

Préparez-vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.